Théo BOIVIN Doctorant au LITEN

A+ A- Aa
Partager cette page :

Le CEA (Commissariat à l'Énergie Atomique et aux énergies alternatives) est un organisme de recherche français originellement créé pour la recherche et le développement de la technologie nucléaire, que ce soit pour son application civile ou militaire. Aujourd'hui, ses activités s'étendent à la recherche fondamentale mais aussi aux travaux permettant de catalyser le savoir issu de la recherche pour son application dans l'industrie. C'est dans cet objectif que la Direction de la Recherche Technologique (DRT) a été fondée, et notamment l'un de ses laboratoires principalement basé à Grenoble : le LITEN (Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Énergies nouvelles et les Nanomatériaux). Cet institut spécialise ses axes de recherche sur la transition énergétique, allant des questions de la production en développant les solutions solaires à celles du stockage avec les technologies des batteries et de l'hydrogène, en plaçant l'efficacité énergétique au centre des réflexions.

En tant que doctorant au LITEN, mon objectif est d'étudier les comportements mécaniques qui ont lieu au sein des batteries Li-ion, une technologie actuellement très répandue. Le processus de charge et décharge provoque en effet des phénomènes de gonflements, ces derniers impliquant un vieillissement plus important et des risques accrus de défaillance. Par ailleurs, dans l'objectif d'accroître la capacité énergétique, l'une des solutions envisagées est l'ajout de silicium dans les matériaux des batteries, ce qui intensifie le phénomène de gonflement. De manière plus précise, l'objectif de mon travail est donc de simuler la mécanique de cette réaction à l'échelle des particules, afin de mieux comprendre l'ensemble des causes.

Comme la plupart des thèses, la recherche de ce poste s'est avant tout faite grâce aux contacts et au bouche-à-oreille, pour une durée de prospection d'environ deux mois, peu de temps après avoir terminé mon stage de fin de cursus d'ingénieur. La proposition de ce sujet m'a semblé idéale, située à la frontière entre mon souhait de rester dans le domaine des énergies renouvelables pour participer au développement du mix énergétique, et mes ambitions de poursuivre dans la recherche fondamentale et technologique, plus que le développement de projets industriels.

La formation de Sup'EnR m'a avant tout apporté les clefs du travail en équipe et de la réalisation de projets en commun, des compétences essentielles pour ma thèse où la communication avec mes tuteurs et les responsables industriels est nécessaire. Avec cela, la manipulation des logiciels divers durant la formation m'a en outre conféré une bonne adaptabilité à tout outil informatique. Enfin, la pluralité des domaines abordés durant le cursus m'a conféré une bonne ouverture à toute discipline rencontrée pendant le projet, facilitant l'apprentissage et la réflexion face à tout type de problèmes techniques.

Partager cette page :

Mise à jour le 16 novembre 2021